Le Père Brown : idiot utile de Chesterton ?

Myriam Ardoin

Résumé


Dans ses nouvelles de détection, G. K. Chesterton (1874-1936) met en scène le Père Brown, prêtre-détective perçu par les autres personnages comme naïf et simple d’esprit. Alors que tous le relèguent au rang d’excentrique ignorant, il émerge à la fin de chaque nouvelle avec la solution du mystère et témoigne d’une intelligence singulière mais brillante. Son idiotie feinte apparaît alors comme une stratégie pour maintenir le suspense et le sentiment de surprise propres au genre littéraire de la détection. Cependant, ce stratagème ne dupe pas le lecteur très longtemps. Le plus surprenant repose dans le choix de la caractérisation de ce prêtre-détective en idiot, à une époque où les fous, les idiots, les dérangés étaient encore stigmatisés et marginalisés (voir les travaux de M. Foucault). En alliant idiotie et intelligence dans un même personnage, Chesterton nous invite à reconsidérer nos représentations et nos méthodes de pensée et, ainsi, à envisager la folie (dont l'idiotie est l'une des manifestations) comme un moyen valide d'accéder à la connaissance, voire comme une forme de pensée. Cette réhabilitation de l'idiot ne se limite pas à une volonté d'amener le lecteur à penser autrement, mais apparaît comme la défense d'une authentique humilité de l'intelligence. L'image d'idiot que renvoie le Père Brown est une manière pour lui de s'humilier, de ne pas s'enorgueillir de son intelligence, mais aussi de conserver un esprit idiot, candide, enfantin, capable de s'émerveiller du monde qui l'entoure.

//

 

In his detective stories, G.K. Chesterton (1874-1936) introduces the reader to Father Brown, a priest-detective whom the other characters see as naïve and simple-minded. While all of them consign him to the role of an ignorant eccentric, he comes up, at the end of each story, with the solution to the mystery and reveals his peculiar but brilliant intelligence. His feint idiocy thus appears as a strategy designed to keep the suspense and element of surprise proper to the genre of detective fiction. However, the ploy does not fool the reader for a long time. The most surprising element lies in the characterisation of the priest-detective as an idiot, at a time when lunatics, idiots or deranged persons were still stigmatised and marginalised (see M. Foucault's works). As he associates idiocy with intelligence in one character, Chesterton invites us to reconsider our representations and methods of thinking and, thus, to consider madness (idiocy being one of its expressions) as a relevant means to acquire knowledge, or even as a relevant form of thought. Such rehabilitation of the idiot is not limited to a will to make the reader think differently, but it is also the defense of a genuine humility of intelligence. The idiot picture reflected by Father Brown is in fact a way to humiliate himself, so as not to take pride in his intelligence, but it is also a way to keep his simple, ingenuous, childish mind and be able to wonder at the world that surrounds him.


Mots-clés


Chesterton, G.K. ; idiotie ; récit de détection ; méthodes de raisonnement ; pensée

Texte intégral :

PDF HTML


bas_de_page